L’agriculture biologique : un sol sain est la clé de la santé des plantes et des animaux

Publié le : 24 mai 20224 mins de lecture

L’agriculture biologique est une technique de production qui n’inclut pas la culture d’organismes génétiquement changés et l’utilisation d’engrais de synthèse ou d’intrants chimiques comme les herbicides et les pesticides. Par contre, elle privilégie la rotation des cultures et la réutilisation des matières premières naturelles. Plus importante encore, elle contribue au respect de l’environnement plutôt qu’à l’augmentation des rendements.

Le principe d’écologie

En réalité, l’agriculture biologique s’adhère dans une approche écologique, une relation agréable entre les habitants et leur écosystème. La culture doit respecter le cycle de la nature, mais également ses particularités et ses espèces endémiques. Les végétaux ou les animaux importés non domestiqués ne peuvent pas s’inscrire dans une démarche bio. Ce genre d’agriculture doit protéger les espèces indigènes et s’adapter à leur environnement. Certes, la production ne doit pas polluer l’atmosphère ou le sol. De plus, le principe de l’agriculture naturelle est circulaire, équilibrant ce qui est pris au sol et ce qui lui est restitué. Les cultivateurs doivent aussi veiller à ne pas marchander les ordures en ne récupérant pas les détritus agricoles ou en ne transportant pas leurs productions pour les vendre. Les produits fabriqués par l’agriculture bio doivent être mangés localement et de saison.

La notion de santé

L’objectif principal de l’agriculture biologique est de maintenir et d’améliorer la santé des personnes, du bétail, des plantes, des organismes et des sols. Un écosystème sain est un cercle vertueux qui se régénère et maintient l’équilibre. Afin de protéger la santé des terres, des cultures et des acheteurs, la première condition est l’absence ou du moins l’utilisation limitée de substances nocives et polluantes comme les pesticides, les engrais et les antibiotiques. Pour ce faire, la culture biologique doit favoriser les traitements naturels et les composts basés sur le recyclage. Les exploitations doivent également alterner les cultures en fonction de la rotation des sols et de la jachère pour permettre à ce dernier de se reposer.

Le principe d’égalité

En général, l’agriculture biologique est basée sur des relations éthiques, respectant l’intégrité morale et physique des occupants de la planète. Dans ce contexte, l’élevage en batterie, la cruauté envers les animaux et l’exploitation humaine ne peuvent être acceptés. Les humains et les bêtes doivent vivre dans des contextes de dignité et de respect. En outre, les transactions commerciales doivent être équitables pour maintenir le travail et la qualité de vie des résidents. L’agriculture biologique est dans l’air du temps et ne doit pas succomber à la mode de l’époque. Dans ce cas, les nouvelles ingénieries ne sont pas rejetées, mais constatées et évaluées. L’agriculture bio a donc tendance à s’appuyer davantage sur l’expérience humaine et les pratiques ancestrales éprouvées et la sagesse populaire. Cela permet de préserver un sol sain pour la santé des plantes et des animaux.

Plan du site